Lucien Clergue

Lucien Clergue est né le 14 août 1934 à Arles, est mort le 15 novembre 2014 à Nîmes à l’âge de 80 ans est un photographe français. Il est le premier photographe à être élu membre de l’Académie des beaux-arts de l’institut de France. Il en fut le président pour l’année 2013. 

Dès l’âge de 7 ans, Lucien Clergue apprend à jouer du violon sous l’impulsion de sa mère, Jeanne Grangeon. Quelques années plus tard, son professeur n’est plus en mesure de l’aider à progresser. Clergue ne pourra pas poursuivre ses études au conservatoire de Marseille, ni à celui de Nîmes, faute de moyens. Pour le Noël de1950, il reçoit un appareil photo jouet et en apprend les rudiments dès l’année suivante. Après la mort de sa mère en 1953, il consacre tout son temps libre à la photographie, très influencé dans un premier temps par le surréalisme et par les portraits de Thérèse Le Prat.

Le 27 septembre 1953, lors d’une corrida aux arènes de Nîmes, il force le destin en rencontrant Pablo Picasso. Pendant deux ans, le jeune Clergue s’emploie à produire un travail construit à Picasso pour toujours le surprendre. C’est durant cette période qu’il crée la série intitulée La Grande récréation représentant des saltimbanques dans les ruines d’Arles, à laquelle succèdent les Charognes.

Le 4 novembre 1955, pour la première fois, Lucien Clergue se rend chez Picasso, à Cannes, pour récupérer les albums qu’il lui a envoyés. Il est reçu à bras ouverts, Pablo Picasso lui disant : « On me dit que le plus grand photographe, c’est Cartier-Bresson ; moi, je dis que c’est vous ». Leur amitié durera près de vingt ans, jusqu’à la mort de Picasso en 1973. Le livre Picasso mon ami (Éditions Plume) retrace les moments importants de leur relation. Grâce à Pablo Picasso, il rencontre le collectionneur et critique d’art Douglas Cooper et Jean Cocteau. Les deux hommes font découvrir les photographies de Clergue à des critiques d’art et à des conservateurs suisses et allemands qui sont les premiers à lui consacrer de véritables expositions.

Dès 1968, il fonde avec son ami Jean-Maurice Rouquette, conservateur des Musées d’Arles et l’écrivain Michel Tournier les premiers éléments des Rencontres Internationales de la Photographie qui deviendront les Rencontres d’Arles et se tiennent chaque année à Arles au mois de juillet.

Lucien Clergue est le premier autodidacte en France à être reçu docteur ès lettres avec option Photographie à l’Université de Provence, Marseille le 5 décembre 1979. Sa thèse publiée sous le titre Langage des sables ne comporte aucun mot, seulement des images, c’est l’écriture avec la lumière4. Un commentaire de Roland Barthes, membre du jury de thèse, fait office d’antithèse faute d’avoir pu rédiger une véritable préface avant son décès.

La ville d’Arles lui a consacré en 2007 une très importante rétrospective à travers 360 photographies datées de 1953 à 2007. Son travail fut souvent exposé lors des Rencontres d’Arles de 1971 à 2014 pour ses 80 ans. Ses œuvres figurent dans les collections de nombreux musées français et étrangers et chez des collectionneurs privés.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 2003 et est élu membre de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France, le 31 mai 2006, à la suite de la création d’une nouvelle section consacrée à la photographie (no VIII). Sa réception sous la coupole a eu lieu le 10 octobre 2007. Premier titulaire du fauteuil no 1 de cette nouvelle section5, il a retracé dans son discours l’histoire de la photographie.

Liens vers le lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Clergue

Lien vers l’article LOENKE Magazine Lucien Clergue

Liens vers le lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rencontres_de_la_photographie_d%27Arles

Liens vers le site des Rencontre d’Arles : https://www.rencontres-arles.com/

Lien vers le site internet : https://lucien-clergue.com/

Prix et récompense de Clergue Lucien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *